ritacioffi.com

-

jeudi, août 27 2015

autour de "j'efforcerai de te suivre (titre provisoire)"

BLOG TOUTE LA CULTURE - 20 Mai  2015

La chorégraphe Rita Cioffi et la danseuse Stéphanie Marc nous livrent une pièce hybride mêlant pas dansés, chants et interprétations. A l’origine de la création, il y a  la rencontre de deux femmes autour du recueil de poésie de Michel Houellebecq, Configuration du dernier rivage. Entre désillusion et légèreté, Je m’efforcerai de te suivre offre la vision d’une féminité assumée.

Sur le plateau, deux femmes. Et en second plan, un homme qui les accompagne. Habillées de noir, en justaucorps sobre et tenue légère, elles vivent leur singularité et se rejoignent dans le mouvement. Doubles et complices, elles ne font qu’une. Elles sont toutes les femmes. A la fois singulières et anonymes, elles deviennent silhouettes ombrées sur fond d’écran couleur, noyées dans les images et le texte. Habitées par la tristesse ironique des poésies de Michel Houellebecq, Rita Cioffi et Stéphanie Marc, toutes deux frôlant la cinquantaine, questionnent le devenir du corps et de l’esprit face aux ravages du temps qui passe, dans un monde déshumanisé où les machines prennent trop de place. Quand le corps féminin est sur le point de lâcher prise, quand il devient unique objet du désir masculin ou corps désarticulé à la merci de directives télématiques, il reprend bientôt sa liberté, entre dans la danse comme dans une transe, vient se désaltérer à l’eau qui ruisselle sur le devant de la scène et devient léger, ouvert au champs des possibles.

Les vers du recueil de poésie Configuration du dernier rivage, vibrent tout au long de la pièce, si bien qu’on a l’impression qu’un peu de l’écrivain est là, avec nous, porté par la voix de la comédienne. Avec la complicité de l’artiste multimédia David Lepolard, les danseuses s’emparent du cynisme de Michel Houellebecq. On retrouve le côté trash, lié à l’impudeur provocante de l’auteur, mais aussi un côté désuet, qui cultive ici la rime classique et le sentimentalisme. Le texte circule sur le plateau, parlé, écrit, faisant naître des images et des gestes. Inscrites au mur, des bribes de poésie défilent, comme une bande-son entêtante qui parfois s’arrête sur quelques mots, suspendue



Télérama- Mai 2015

La chorégraphe Rita Cioffi et la comédienne Stéphanie Marc se penchent sur le recueil de poèmes de Michel Houellebecq intitulé Configuration du dernier rivage. Elles s'attaquent aux mots tranchants, se confrontent aux situations souvent inconfortables, se laissent happer par des états de corps extrêmes pour en extraire le spectacle Je m'efforcerai de te suivre. Sur scène, elles sont accompagnées de l'artiste multimédia David Lepolard. Un pari énorme face à l'écriture miroitante, conflictuelle d'un esprit profondément insaisissable.  

Rosita Boisseau. 


jeudi, avril 2 2015

Le Printemps des poètes 2015, un temps fort autour de l’Insurrection Poétique !

Enfin, c’est avec force que l’auteur Philippe Malone et la danseuse Rita Cioffinous ont présenté leur performance autour du texte KrachKrach est d’abord une chute. Celle d’un corps individuel et social, celle de notre époque. C’est un texte de percussion poétique (faisant un bel écho à la thématique de ce printemps des poètes), un flot de rage qui se transforme en légèreté, un appel à la reconstruction d’un nous commun qui permette malgré tout une élévation. L’intensité et le rythme étant autant donné par la lecture de Philippe Maloneque par les mouvements répétitifs et précis de la danseuse Rita Cioffi. Une très beau moment qui percute, bouscule par la pertinence et la puissance des propos et nous fait sourire (parfois grinçant provoqué par tant de vérité) !

Philippe Malone a vécu sous une dictature au Togo. Il veut combattre dans ses textes la normalité de la barbarie et la montée du fascisme. Sont abordés des thèmes intemporels comme la lutte pour le pouvoir, les rapports de force dans un groupe social, la guerre, et au travers d’eux, la place de l’humain. 

Rita Cioffi est d’origine italienne. Après une solide formation classique et plusieurs collaborations, elle intègre la compagnie du Centre national chorégraphique de Montpellier. Elle fonde la compagnie Aurélia en 1996, qui réunit des artistes provenant de la danse, de la musique, des arts plastiques et la vidéo.

 Maison de la Poésie de Nantes

10527304_969231836441711_4630815895381944755_n.jpg


mardi, novembre 25 2014

l'Hérault du jour le 24 novembre 2014

14_juin.jpeg

lundi, juillet 14 2014

un peu plus

2014.05.26_Independant_2.jpg

encore

Perpignan_2.jpg